Site Meter

jeudi 3 février 2011

L'incroyable réaction d'un gendarme à Anduze...




Manifestation en gare d'Anduze le 21/01/2011

J'en avais entendu parlé hier sur twitter mais je n'avais pas encore vu la vidéo... Elle est tout simplement incroyable :-/ Comment un haut gradé de la gendarmerie peut-il envoyer du gaz lacrymogène à bout portant et au visage de manifestants (qui semblent à première vue pacifiques et composés en majorité de personnes âgées, avec des enfants !) ?

La fiche wikipedia du gaz lacrymogène est pourtant assez claire !


Les effets sur le corps sont multiples :
gêne respiratoires,
nausées, vomissements,
irritation des voies respiratoires,
irritation des voies lacrymales et des yeux,
spasmes,
douleurs thoraciques,
dermatites, allergies.

Les effets sont accentués par temps chaud et humide.

À forte dose :
L'effet le plus fréquent reste les brûlures pouvant aller jusqu'au second degré.
L'irritation oculaire peut parfois se compliquer de lésions de la cornée ou d'hémorragies du vitré.
nécrose des tissus dans les voies respiratoires
nécrose des tissus dans l'appareil digestif
œdèmes pulmonaires
hémorragies internes (hémorragies des glandes surrénales)
dégradation des produits en d'autres substances toxiques (cyanure et thiocyanate)

Des décès ont été rapportés, essentiellement secondaires à une utilisation en lieu clos, comme cela a été le cas lors du siège de Waco en 1993
J'espère que ce gendarme sera sanctionné pour avoir pris cette décision inacceptable !

PS. Une enquête préliminaire a été ouverte cette après-midi (Mais ce matin, la gendarmerie n'avait toujours pas agi pour des faits qui remontent à plus d'une semaine !).

PS2. Le ministère de l'intérieur testait peut être une nouvelle mesure pour lutter contre les hooligans dans les stades !?!

PS3. Cette vidéo a été, d'ores et déjà, partagée 36930 fois et 212 fois sur twitter... Faites tourner !


10 commentaires:

  1. Bonsoir,Je viens de découvrir cet après midi cette manif qui s'est déroulée il y a presque deux semaines, à 15 bornes de chez moi.
    Gros malaise, en terre parpaillote.
    il y a une version longue de env.10mn sur un forum de gendarmes si si....

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la manif ne me semble pas violente avant la bavure, manque de sang froid ? (un gradé tout de même), provocation ?? .

    RépondreSupprimer
  3. @Fidel Castor

    Non, juste de la connerie ordinaire... c'est tout :-/

    RépondreSupprimer
  4. Peut-être s'agit-il là de ce fameux « savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité » que Michelle Alliot-Marie proposait récemment d'exporter en Tunisie pour venir au secours notre bon ami Ben Ali.

    Sympa aussi, soit dit en passant, le conducteur de la loco, qui balance son jet de vapeur sur les manifestants.

    Sinon, pour connaître le contexte de cette affaire, on peut lire l'article du Canard enchaîné reproduit ici.

    RépondreSupprimer
  5. L'article du « Canard » de ce mercredi 2 février 2011 :

    Ça gaze fort pour le commandant Warion

    Le 21 janvier, la communauté d'agglomération du Grand Alès, dans le Gard, a eu une idée lumineuse : présenter ses vœux 2011 décentralisés en promenant Max Roustan, son président UMP, le sous-préfet et des élus, de la petite ville d'Anduze jusqu'à Alès, à bord du train à vapeur des Cévennes (TVC), un tortillard ancien qui ravit les touristes en saison.

    Mais autour d'Anduze, sept communes rurales refusent d'être annexées par cette structure administrative. Et, comme ce train est l'occasion rêvée de tirer le signal d'alarme, voilà quelques dizaines de villageois rebelles qui s'installent sur la voie ferrée. Retarder cette belle cérémonie ? Impensable ! À la tête de ses gendarmes, venus d'Alès, le chef d'escadron Frédéric Warion a alors décidé d'ouvrir le gaz...

    Tout avait pourtant commencé par le sourire. Femmes, hommes, enfants, personnes âgées : un rassemblement familial. « Notre dette est de 98 euros par habitant. Si on est intégré au Grand Alès, elle grimpera à 603 euros » explique au « Canard » Alain Beaud, président des communes insoumises et maire socialiste de Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille.

    Ce jour là, avec quatre élus il a enfilé son écharpe tricolore. Quand les gendarmes arrivent, tout le monde se serre la main. « Quelles sont vos intentions ? » lui demande Warion. « On va donner un peu de retard au train, mais on ne s'oppose pas à son départ » répond l'édile. « Je lui ai même dit : "Quand ça suffit, vous venez me prendre par le bras, et on s'en ira" » ajoute-t-il. Le commandant hoche la tête, remonte sur le quai. Ses hommes parlementent avec les manifestants assis sur les rails. L'officier les observe. À bout de bras, entre deux doigts, il tient un aérosol de gaz lacrymogène, version extincteur.

    Et soudain, sans prévenir, Warion lève la bombe à l'horizontale et arrose d'un geste ample la foule assise. Il le fait posément, tranquillement. Il chasse le moustique. Il désodorise son salon. Même ses hommes semblent surpris. À jet continu, il asperge les visages, les jeunes, les vieux. Il vise. Il prend bien soin que tout le monde soit servi. C'est long. Hurlements, suffocation, panique. Un homme aux cheveux blancs se lève, titube et lui fait face. Le militaire pose la main droite sur son torse et lui inonde les yeux presque à bout touchant. La foule reflue en désordre. Warion, lui, continue. Il longe les protestataires. Une bonne giclée ici, deux autres là. Il pulvérise le gaz avec soin, sans montrer la moindre excitation, la moindre inquiétude, rien.

    Insultes, débordements. Des manifestants s'en prennent aux gendarmes. Les matraques s'abattent. Alors que la voie est encore encombrée de pleureurs, la locomotive démarre lentement. Elle balance un grand jet de vapeur pour faire dégager. Des pierres volent, une vitre est brisée, un phare. C'est fini. Avec dix minutes de retard sur l'horaire prévu, le train prend alors victorieusement la route d'Alès, et la cérémonie des vœux peut commencer.

    Des vœux d'obéissance ?

    Sorj Chalandon

    RépondreSupprimer
  6. À la fin de l'article du « Canard », il y a un petit encart :

    « C'est trop bon ! »

    Passionné d'images, Edmond Zimmermann a filmé l'intervention musclée. Sa vidéo a été mise en ligne, et Sébastien, ex-gendarme aujourd'hui policier municipal dans le Gard, l'a postée sur son Facebook, histoire de faire marrer ses anciens collègues. Une vrai réussite !
    « Ça fait du bien de revoir ces têtes, ça rappelle le bon vieux temps ! » écrit Sébastien. « Le commandant, y craint pas la lacry ! Ça, c'est beau ! » s'extasie Martin. « Après la palabre, place à l'action ! C'est trop bon ! » glousse Clément. « Ça leur fera la bite, à ces piches (crétins) », ajoute élégamment Grégory.
    C'est fou ce qu'on se lâche, quand on se croit tout seul...

    RépondreSupprimer
  7. @Chieuvrou

    Oui, j'ai lu aussi le canard hier matin... Je ne sais pas ce qui a pris par la tête de ce gendarme... En tout cas, d'après la vidéo, il a fait un usage disproportionné (et mal intentionné) de la force et il aura du mal à prouver le contraire !

    RépondreSupprimer
  8. Hello, il y a quelques conneries dans l'article du canard, le train touristique part de Anduze et va à St Jean du Gard et retour et non à Alès, ce qui me semble être une petite provoc du deputé maire ump d'Ales se pointant à Anduze pour celebrer des voeux sur des terres qu'il souhaite assimiler dans la communauté de communes du grand Ales, or les gens d'Anduze n'en veulent pas.
    Sur que ce gendarme devrait être viré, mais il argumentera qu'il faisait respecter l'ordre, pas joli, joli en tous cas.

    RépondreSupprimer
  9. @Fidel Castor

    En tout cas, tiens moi au courant des suites de l'affaire... ça m'intéresse !

    RépondreSupprimer

Les commentaires ANONYMES ne sont pas acceptés. Merci de prendre au moins un pseudo SVP ;-)))

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...