Site Meter

lundi 15 novembre 2010

Faut-il fermer le collège Jacques Decour ?

Tract de la réunion publique pour l'avenir des 3 collèges de Saint-Pierre-des-Corps

Demain, en fin d'après-midi aura lieu une réunion publique animée par Mme le maire, Marie-France Beaufils pour débattre de l'avenir des 3 collèges de la ville et surtout de la fermeture du collège Jacques Decour à La Rabâterie.

Le Conseil Général présidé par Claude Roiron, suite au rapport Hussenet a décidé de remettre à plat les implantations de collèges du département et envisage de fermer plusieurs "petits collèges" dont le "Jacques Decour" à Saint-Pierre-des-Corps.

La situation actuelle de Saint-Pierre est la suivante :



Nous avons 3 collèges :

College Pablo Néruda (327 élèves en 2009)
27 Rue 23 Février 1950, 37700 Saint-Pierre-des-Corps
(en fait beaucoup plus près de La-Ville-aux-Dames)

Collège Stalingrad (208 élèves en 2009)
36 Boulevard Viala, 37700 Saint-Pierre-des-Corps

Collège Jacques Decour ((223 élèves en 2009)
92 Rue Eridence, 37700 Saint-Pierre-des-Corps

Comme on peut le constater les deux collèges Stalingrad et Decour au centre de Saint-Pierre-des-Corps ont un effectif d'environ 200 élèves, sachant que pour des raisons de coût le conseil général souhaite disposer de collèges de plus grande capacité (plus de 400 élèves)...

Depuis 30 ans, nous étions plutôt habitué à voir construire des établissements scolaires plutôt que d'en fermer. Néanmoins, il est tout à fait compréhensible de vouloir dans un souci de bonne gestion de l'argent publique optimiser la capacité des établissements scolaires : en effet, ceux-ci sont soumis à des charges fixes (indépendantes du nombre d'élèves : entretien par exemple) et des charges variables... Il n'est donc pas raisonnable de laisser un établissement en sous capacité.

Néanmoins, avant de prendre toute décision, il me semble important de répondre aux questions suivantes :
  • Le collège Stalingrad a-t-il la capacité d'accueillir tous les élèves de Jacques Decour ?
  • Le Conseil Général s'engagera-t-il à augmenter ses efforts (financiers) sur les deux autres collèges de Saint-Pierre-des-Corps ?
  • Comment se fait-il que le collège situé dans le quartier le plus peuplé de Saint-Pierre-des-Corps soit aussi peu fréquenté ?
Si nous arrivons à répondre à ces trois questions, peut-être arriverons-nous à faire avancer ce débat !


PS. Je ne partage pas l'avis de Jean-Marc Pichon (conseiller PS de SPDC) qui sur son blog propose de répondre à cette suppression en replaçant le débat sur une approche pédagogique...


Pour en savoir plus, je vais alimenter le pearltree avec les sites internet qui parlent du sujet :

 Fermeture d'un collège à Saint-Pierre-des-Corps

EDIT DU 21/11/2010 :
Fermetures des collèges remises à plus tard ! (La Nouvelle République)

8 commentaires:

  1. Ouh là je ressors d'une réunion sur les rythmes scolaires et je tombe sur ton billet. Je ne suis pas d'accord avec toi sur ce coup, on ne peut pas résumer une politique envers des établissements scolaires par l'unique but d'optimiser les coûts.
    Le problème actuel dans l'éducation c'est plutôt la sur-capacité que la sous-capacité des établissements.
    J'argumenterai plus tard je vais manger.

    RépondreSupprimer
  2. Donc je reprend : Tout d'abord, je pense que cette question doit se recentrer avant tout sur la question pédagogique plutôt que sur le plan des finances. L'éducation nationale ne doit pas être géré dans un souci de rentabilité à mon sens. Je sais que cette vision n'est pas dans l'ère du temps mais pourtant ça me parait quand même être la base.

    Donc là dans l'idée on ferme Jacques Decour pour mettre les élèves ailleurs. ou ça ? A Stalingrad sûrement. On met donc deux collèges difficiles dans un seul. Faut m'expliquer où est l'amélioration ?

    Surtout que niveau infrastructures il va surement falloir investir énormément pour passer d'un collège de 200 à 400 élèves.

    Pour la question de fréquentation actuelle de Jacques Decour comme Stalingrad, elle s'explique en parti par le fait qu'ils soient en ZEP, donc effectifs moins chargés, logiquement "plus de moyens" investis (on pourrait en reparler je sais)... Le fait qu'il y ait deux collèges si proches s'explique par la même raison -> ZEP = plus petites structures donc plus de structures proches géographiquement.

    Enfin : on ferme Decour mais il me semble que les effectifs des écoles primaires de SPDC sont en hausse. Où est la vision à moyen terme dans tout ça ?

    Bref pour moi cette décision c'est de la poudre aux yeux, mais au final on ne résout aucun problème. On ne créé pas plus de mixité sociale, mais on surcharge des classes, on baisse le nombre de profs, et je suis pas convaincu que les moyens soient augmentés.

    RépondreSupprimer
  3. @Matfanus

    Tu me dis que la question du nombre de collèges sur SPDC doit se recentrer sur l'aspect pédagogique mais la mission du CG37 est de construire, rénover, entretenir et faire fonctionner les collèges (avec du personnel hors enseignants). Et c'est en remplissant cette mission qu'elle soutient l'aspect pédagogique (ici, on ne parle même pas de résultats scolaires !)...

    Deuxièmement ces collèges ont été construit avec des capacités d'accueil initial... Quelles sont-elles ? Qui nous dit que la capacité de Stalingrad n'est pas suffisante ? (on parle après fusion de 400 à 500 élèves... Il y a d'autres établissements plus importants dans le département !)

    Voyons les différents points abordés :

    1. SPDC est classé en ZEP.

    Est-ce que ça veut dire qu'il doit y avoir des petits collèges de 200 élèves ? Non ! Le CG et l'Education Nationale doivent donner des moyens supplémentaires en terme d'infrastructure et d'encadrement (enseignants ou non) : Le nombre d'élève par classe étant un élément...

    Si il s'agit d'additionner les effectifs A+B sans donner de moyens supplémentaires, c'est sûr que ça n'arrangera pas la situation... Mais qui a dit que nous sommes dans ce cas de figure ? Cela fait partie des points de négociation avec le CG et l'EN !

    2. La fréquentation de ces collèges (ZEP) est en baisse.

    Le classement ZEP en est probablement une cause mais ce n'est pas un critère suffisant. Actuellement, il y a 2 collèges, et cela n'a pas enrayé la chute de fréquentation... Une fusion de collège n'améliorera pas la mixité sociale mais elle ne la dégradera pas non plus ! Car la mixité ne se fait pas dans les établissements... Elle se fait d'abord dans les quartiers !

    Petit aparté : Quand j'étais au collège dans une ville bretonne de 50000 habitants, mon collège se trouvait dans un quartier difficile (pas une ZEP) et il accueillait les élèves des villes alentours ! Et là, on pouvait parler de mixité sociale car son effectif était peu ou en tout cas moins impacté par le quartier où il était situé !

    3. Les effectifs du primaire augmentent !

    [Je répondrai aussi à @HipHop_puriste par la même occasion !]

    Cette augmentation (et le fait que ce quartier soit le plus dense de SPDC) n'est pas suffisant... Pourquoi ? La question de l'environnement scolaire se pose bcp moins à ce niveau. Mais si les habitants ne veulent pas mettre ensuite leurs enfants dans un collège de SPDC, l'effectif en augmentation du primaire ne se retrouvera pas dans ceux des collèges !

    Pour finir, je suis d'accord avec ton dernier paragraphe (mais pas sur le terme "poudre aux yeux" !) :

    "Bref pour moi cette décision c'est de la poudre aux yeux, mais au final on ne résout aucun problème. On ne créé pas plus de mixité sociale, mais on surcharge des classes, on baisse le nombre de profs, et je suis pas convaincu que les moyens soient augmentés."

    C'est justement ça qui doit être négocié avec le CG et l'Etat (l'éducation nationale) ! Le débat reste donc ouvert ;)

    [Allez, bonne nuit !]

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Débat très intéressant et abordé sous un angle objectif par l'auteur de ce billet. Après le plus dur est de garder la tête froide dans le débat.

    Le CG37 met en émoi l'avenir de nos jeunes. Un collège supprimé, nos jeunes vont dans un autre auquel des moyens supplémentaires et adaptés sont alloués. Ce n'est pas plus compliqué que cela.

    La fermeture d'un collège en ville (plus de 200 hab) ne pose pas de problème. Cependant, en campagne, cela peut accélérer le phénomène de désertification et ses conséquences inévitables. Quels parents voudraient vivre en campagne si son enfant doit aller en ville pour étudier (ou passer le temps selon les points de vue) ?

    RépondreSupprimer
  6. @ julien : "Un collège supprimé, nos jeunes vont dans un autre auquel des moyens supplémentaires et adaptés sont alloués. Ce n'est pas plus compliqué que cela."

    Justement c'est beaucoup plus compliqué que cela car ça ne se passe jamais comme cela, les moyens alloués n'atteignent rarement ceux qu'ils auraient du être. La fermeture d'un établissement, joue le jeu de la baisse des moyens alloués à l'éducation nationale. Les effectifs par classe vont augmenter, le nombre de professeurs par élèves va diminuer...

    Je conçois que la partie pédagogique n'appartient pas au CG37, mais avec ces fermetures ils jouent le jeu des suppressions de postes et de la baisse des budgets.

    Pour la partie sur les collèges ruraux je te rejoins.

    @dadavidov : les échecs des ZEP sont un fait, je te l'accorde, mais des classes surchargées ne sont pas non plus un facteur de réussite scolaire. Or là les élèves seront dans des classes plus nombreuses qu'actuellement, le suivi individuel sera donc moindre de la part des professeurs, ce qui peut exclure encore plus les élèves en difficulté.

    Et je t'assure que la politique actuelle n'a pas l'objectif d'augmenter les moyens, au contraire on diminue drastiquement les budgets.
    Je reste persuadé que les effectifs A+B en question ne donneront pas un budget pédagogique A+B, mais un budget moindre.

    En tant qu'employé précaire de l'éducation nationale (postes d'assistant d'éducation, assistant pédagogique, professeur contractuel depuis maintenant 4 ans) je ne peux que m'offusquer de ces fermetures, il y aurait tellement à revoir avant de fermer des établissements...

    RépondreSupprimer
  7. *** EDIT du 21/11/2010 *************
    Fermetures des collèges remises à plus tard !
    *************************************

    RépondreSupprimer
  8. Morgane, élève de Stalingrad.14 février 2011 à 21:40

    J'ai lu les deux premiers commentaires, et je viens vous éclairez sur la capacité d’hébergement du collège Stalingrad. Il a, je crois, une capacité initale de 350 élèves. Mais à 208 élève (nombre en hausse je précise) il y a déjà des soucis de classes. Alors je pense, que niveau scolaire, ce n'est pas bon du tout de faire fusionner deux collèges difficiles. Sachant,que la réussite éducative est aussi basée sur le cas par cas. Comment bien connaitre et s'occuper des élèves en difficultés s'ils sont beaucoup trop. C'est simplement un avis personnel, mais c'est un avis sincère, car je suis élève au collège Stalingrad.

    RépondreSupprimer

Les commentaires ANONYMES ne sont pas acceptés. Merci de prendre au moins un pseudo SVP ;-)))

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...